Lifestyle

Guillaume Canet au Jumping international de Cannes

By  | 

Cette année, le Jumping International de Cannes, étape incontestablement la plus glamour du Longines Global Champions Tour (LGCT), a le plaisir de recevoir en parrain l’acteur et cavalier Guillaume Canet. Fondé en 2006 par le médaillé olympique (1992) et célèbre marchand de chevaux Jan Tops, le LGCT est un circuit international de saut d’obstacles, confrontant les 30 meilleurs cavaliers de la Ranking List, sur les plus beaux terrains de concours au monde et composée de 15 étapes. L’étape de Cannes est considérée comme l’une des plus prestigieuses.

jumping-international-de-cannes 2jumping-international-de-cannes-guillaume-canet jumping-international-de-cannes

longines-global-champions-tour-médaille

Sportif de talent, Guillaume Canet a su s’imposer en quelques années sur les plus beaux terrains de concours et performe aujourd’hui sur des épreuves allant jusqu’à 1m40. Du 8 au 11 juin, le cavalier sera donc à nouveau dans la ville du cinéma, non pas pour gravir les marches mais bien pour fouler la piste du stade des Hespérides.

guillaume-canet-cavalier

INTERVIEW EXCLUSIVE DE GUILLAUME CANET

Vous êtes le parrain de cette nouvelle édition du LGCT of Cannes, quels liens tissez-vous avec le Jumping et la Ville de Cannes ?

J’aime beaucoup ce concours car il fait partie de la liste des compétitions les plus prestigieuses à ne pas rater. L’organisation, le lieu, la piste, les cavaliers présents tout est réuni pour faire de ce jumping l’un des plus grands. C’est d’ailleurs une vraie chance pour moi de pouvoir monter parmi les meilleurs cavaliers mondiaux. On concourt sur la même piste qu’eux, avec le même parc d’obstacles… Et chaque année, je saute de plus en plus gros donc je suis à nouveau très impatient de participer à cette nouvelle édition. Il fait souvent très beau et monter à deux pas de la croisette au bord de la mer est toujours un bonheur.

Non seulement parrain de ce prestigieux concours, vous serez donc présent en tant que participant. A quelles épreuves comptez-vous prendre part ?

J’ai repris les concours à Cannes il y a 3 ans et je sautais 1m10, l’année dernière je faisais le Grand Prix 1m40. Cette progression me fait plaisir et chaque édition est comme un nouvel objectif. Cette année, je souhaite participer au Grand Prix 1m40 et j’espère faire mieux que l’an dernier car j’ai aujourd’hui un peu plus d’expérience sur ces hauteurs.

Vous accumulez de très belles performances entre vos victoires à La Baule et à Mantes la Jolie, quels sont vos objectifs à moyen et long terme ?

J’aimerais continuer à avancer de cette manière. J’arrive aujourd’hui à des hauteurs sur lesquelles la progression se fait plus lente car les épreuves sont bien plus techniques et difficiles et la concurrence beaucoup plus importante. Mon but est de tenter des classements en Grand Prix 2* et de me sentir à l’aise à ce niveau pour grimper d’autres échelons.

Nous vous connaissions avec la casquette d’acteur/réalisateur. Aviez-vous imaginé pouvoir un jour combiner ces deux métiers ? Est-il difficile de mener ces deux carrières de front ?

Non je ne l’avais jamais imaginé car j’ai arrêté de monter pendant 20 ans. Maintenant que la passion m’est revenue, je fais de mon mieux pour combiner les deux. Cela demande beaucoup d’organisation et de temps et surtout quand on veut faire les choses bien comme j’essaie de les faire. Mais cela m’apporte un équilibre essentiel pour moi.

Au-delà de vos nombreuses activités, que trouvez-vous au contact des chevaux et à travers la compétition ?

C’est un sport qui apprend beaucoup de choses et principalement l’humilité. Car chaque concours, chaque jour même, est un éternel recommencement. Vous pouvez gagner un jour et le lendemain être à pied. Vous partagez votre sport avec un animal qui, comme vous, peut avoir des faiblesses, des fatigues, des humeurs… Ce n’est donc pas une science exacte comme pourraient l’être d’autres sports. Mais c’est aussi cela qui fait son charme. Le rapport à cet animal est essentiel pour moi. On s’y attache beaucoup car on vit des choses très fortes avec eux. C’est un vrai partage… Tout cela m’apporte de l’adrénaline et j’ai toujours fonctionné comme ça. Je ne pourrais pas me passer de sport, ni de compétition.

jumping-cannes-affiche-2016 Print Jumping-Cannes-affiche-2014